Comment la dissociation thérapeutique peux vous aider ?
La dissociation thérapeutique peut vous aider !
Qui est Bernard Vinois ?
Biographie Expresse
Made by IGC
Qu’est-ce que la dissociation thérapeutique ?
Cette page est destinée aux soignants, tant du soma que de la psychè : médecins,  urgentistes, psychothérapeutes, assistants de justice, criminologues cliniciens,  psychologues légistes, membres des services d’aide aux victimes, aux proches et aux  impliqués,… Vous pouvez télécharger la monographie de Bernard VINOIS, intitulée « de la poignée  de main sym-pathique à la prise en main psychologique en passant par le lâcher prise  du corps : essai sur la com-préhension du dialogue tonique et de l’état de conscience  partagée ». Cet essai comporte une tentative de description d’une technique  particulière de modification de l’état de la conscience et décrit brièvement ses  applications en aide médicale et psychologique d’urgence.  Cette monographie est aussi une approche de l’état dissociatif en tant qu’outil  thérapeutique et de réassociation psychosociale à la suite d’un stress pathogène :  quelles sont les perspectives thérapeutiques de la dissociation et de la réassociation ?   Il convient d’emblée de différencier et comparer l’état dissociatif pathologique et l’état  dissociatif thérapeutique : selon le Docteur Grégory TOSTI, chargé de cours à  l’AFEHM, nous pouvons évidemment définir la dissociation pathologique comme une  dissociation provoquée par un élément extérieur ou en réponse à un élément extérieur  violent, et qui est une dissociation qui ne régresse pas. C’est le cas de l’état dissociatif  qui résulte du syndrome de stress post-traumatique et qui coupe le patient de son corps  et de son vécu présent en le figeant dans la détresse vécue au moment du  traumatisme. Les patients nous relatent ces ressentis par l’impression que « la vie s’est  arrêtée à ce moment là ». Coupés de leurs ressentis par la dissociation qui a pu  fonctionner initialement comme un mécanisme de défense face à une situation qui  dépasse les capacités d’intégration émotionnelle de l’individu, ils sont incapables de se  réassocier à leur corps et à leur présent, manifestant tous les signes du PTSD.
Le travail consiste à les rejoindre dans cette dissociation pour y remettre de la  souplesse et ainsi les réassocier à leur ressenti, à leur corps, au présent. Cela se passe  par le processus d'induction qui conduit à une ouverture permettant un travail  psychothérapeutique avec parfois une réelle abréaction, et parfois la nécessité de  revivre le souvenir traumatique pour en changer la perception. Mais pas seulement :  des exercices d'aller-retour avec le corps permet de remettre de la souplesse dans la  dissociation pathologique et permet déjà un soulagement en réduisant la distance entre  la patient et lui-même. L'état modifié de conscience rejoint le patient là où " c'était figé " et permet la  réassociation. La dissociation provoquée par le phénomène est thérapeutique en ce  sens où elle s'inscrit dans le contexte de la thérapie et qu'elle mène naturellement à la  perceptude, espace de travail qui permet la réinterprétation ou le repositionnement du  patient face à tel ou tel problème. Autant peut-on dire que la dissociation dans la cadre de la psychose par exemple, est  involontaire, figée et pathologique, autant la dissociation n'est qu'une étape - volontaire  puisque le patient a bien voulu se prêter à l'expérience -  qui ouvre sur un état plus large  caractérisé par la fluidité et la remise en mouvement.   La première fige et génère les symptômes, la seconde remet en mouvement et efface  les symptômes. Paradoxalement, la dissociation thérapeutique permet dès lors de résoudre la  dissociation pathologique et de réassocier le patient à lui-même, à son corps ici et  maintenant, à son entourage, à son environnement, et à le réintégrer dans la société  dont il s'était écarté suite au traumatisme.Je vous souhaite une bonne lecture, à  plusieurs niveaux, et j'espère vos retours d'expérience. Vos remarques, observations et  questions seront les bienvenues par mail à :   Bernard Vinois  Rue d’argent, 7 boîte 606  1000 Bruxelles  Tél   : +32 495 25 92 82  e-Mail  : bernard@vinois.be 
Né en 1963, Bernard VINOIS a une expérience passée de moniteur en secourisme et d'ambulancier d'aide médicale urgente qu'il a acquise en tant que volontaire à la Croix-Rouge de 1981 à 1993. Il est aussi breveté sapeur- pompier. Il a été Attaché à la Direction générale de la Sécurité civile au Ministère belge de l'Intérieur de 2002 à 2007. Bernard VINOIS a lui- même vécu une expérience proche de la mort lors d'un accident de la route en 1993. En 1998 il a obtenu le diplôme d'études spécialisées en psychologie - états modifiés de conscience (Université Mons Hainaut) et en 2000 le certificat d'études juridiques pénales (Institut de Criminologie, Lille II). En 2010-2011, il a suivi la formation dispensée par l'AFEHM à l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Paris VI)